Essai : Triumph T120 Bonneville Bobber

Par Moto-News 19 décembre 2016

Dans la grande famille des neo-rétro, la nouvelle Bonneville Bobber arrive de manière rafraîchissante. Pas parce qu'il a plu pendant tout l'essai en Espagne, mais parce qu'elle nous a impressionné pour plusieurs raisons :

Démarrage à froid et humide

Démarrage à froid et humide
Il ne fait pas toujours beau en Espagne. Il avait gelé la nuit précédent l'essai et le matin du départ, il pleuvait à seaux. Pas de sursis pendant la pose photo, toujours est-il que tout le monde était gelé au lunch. A un point tel que l'essai fût annulé l'après-midi pour rentrer à l'hôtel au plus vite et enfin nous réchauffer. Au retour, et après les routes sinueuses et trempées du matin, c'est finalement de grands axes secs qui saluèrent notre retour. A la réflexion, nous aurons eu toutes les configurations possible au guidon de cette Bobber. Nous avons remercié l'organisation d'avoir équipé les motos de l'option des poignées chauffantes…


Principales caractéristiques :

Avant de nous pencher sur cet essai, reprenons les base d'un Bobber :
- Une moto dépouillée au maximum
- Un châssis rigide (Hardtail)
- Un guidon large et plat
- des gardes-boue courts

Un bloc moteur vraiment beau !

Un custom premium

Si la base moteur est commune au T120 dévoilé début d'année, ce bloc a été travaillé pour offrir quelque chose de radicalement différent. De part l'architecture, avec l'amortisseur arrière horizontal, le look Hardtail et le filtre à air scindé en deux, les impressions auditives du pilote sont déjà tout autre. Ce bruit d'admission combiné à l'échappement court donne un grondement très caractéristique, sourd et grave à la fois. Triumph a travaillé dur pour cacher le catalyseur et donner, de profil, un look "Hardtail" à la machine. Les corps d'injecteurs sont camouflés derrière des caches au look "carburateurs". Bref l'ensemble de la bécane est léché et donne une impression de finition haut de gamme à l'ensemble.

Ce sentiment perdure dans la finition autour de cette selle "flotante" sous laquelle un mono-amortisseur se cache et qui est d'une efficacité assez bluffante

Haaaaa, cette selle !

Du néo-rétro, mais avec des tripes

De manière générale, ce genre de motos sont conçues pour la balade tranquille. Le look compte souvent plus que la performance. Ici, Triumph prouve le contraire avec un comortement plus proche d'une "Naked" que d'un Bobber. La marque veut rester synonyme de performances. Cette Triumph a des tripes, l'ensembles est homogène, a un très bon châssis, envoie du lourd et freine très correctement.

Les conditions d'essai étaient vraiment dantesques

Un tableau complet.

Même si certains pilotes "sportifs" auraient préférés un freinage plus mordant, il faut bien avouer qu'ils sortaient un peu du cadre de l'utilisation de la moto. Le simple disque peut paraître désuet, il n'en est rien, c'est plutôt l'inverse. Cette impression visuelle de "légèreté" est vraiment à l'opposé du résultat. Cette Bobber a du coffre, envoie vraiment du lourd avec des démarrages "canons". Dans les conditions dantesques de l'essai, les pneus Avon peuvent se targuer de sacrées performances sur le mouillé. Ces Avon Cobra Bobber sont tout simplement impressionnant d'efficacité !

L'ABS et son action se font aussi discret que possible. Secondé par une électronque sans faille également composée de deux modes de conduite (route & pluie), d'un contrôle de traction, d'un ride-by-wire, tout fonctionne parfaitement et en symbiose. Avec ses 77cv et ses 106Nm de couple, le Bobber fait merveille. Par rapport au bloc T120 classique, il offre 10% de couple supplémentaire à 4500 tr/min.


Novateur

En raison des conditions météo, nous n'avons pas vraiment utilisé la bête en mode "attaque". Ceci dit, ce n'est pas non plus la vocation première de la machine. Néanmoins, son potentiel est bien là, et cette moto bien emmenée pourra en étonner plus d'un. Mais un des côtés du Bobber est aussi de se balader nez au vent, de traverser les villes… et d'être vu !

Sur la position de conduite, Triumph innove avec la possibilité de déplacer cette selle vers l'avant ou l'arrière afin d'obtenir une position de conduite plus relax ou plus sportive. Le minimalisme se perpétue également d'un le tableau de bord à compteur unique qui affiche, via un poussoir, toutes les informations nécessaires. La vitesse est la grande absente des infos… Pas si inutile pourtant !

Minimalisme quand tu nous tiens

Qui veut des kits ?

Triumph a établi un catalogue de plus de 150 pièces homologuées afin de rendre votre Bobber unique ! Pour vous faciliter la tâche, Triumph a déternimé deux kits 'Inspirations". Le premier appemmé "Old School" se compose entre-autre d'un guidon "Ape-Hanger", d'échappements Vance & Hines en alu brossé, d'un cuir brun pour la selle… etc. Le second, "Quatermile" donnera une allure plus sportive à votre Bobber en accentuant les accessoires noirs. Allez jeter un œil sur le site, les possibilités sont vraiment très nombreuses. Toutes ces options s'ajouterons bien sûr a la facture initiale de 12.700 euros.
Triumph vise clairement un publis amateur de ce genre de moto, mais qui ne veulent pas de bricolages approximatifs et ne pas se priver de performances. Ils trouverons leur bonheur dans cette nouvelle Bonneville Bobber. Cette machine nous avait déjà séduit visuellement lors de son lancement, mais elle réserve également son lot de bonnes surprises sur la route.
Il n'est pas impossible que cette Bobber initie un mouvement plus général chez les autres constructeurs… Wait and see…


Plus d'infos sur la Triumph Bonneville Bobber, cliquez ici

Spécifications techniques

Moteur: refroidissement liquide - 8 soupapes, OHC, 270 °
Alésage x course: 97,6 x 80 mm
Puissance: 77 ch à 6.100 mm
Couple: 106 Nm à 4000
Nombre de vitesses: 6
Embrayage: embrayage à disque avec support de couple
Cadre: acier à double berceau
Roue avant: 19 pouces
Roue arrière 16 pouces
Frein avant: 310 disques mm avec étrier double piston
Arrière: disque de 250 mm avec étrier simple piston

Empattement: 1510 mm
Hauteur de selle: 690 mm (le plus bas)
Poids à sec: 228 kg
Capacité du réservoir: 9,1 litres
Belgique Prix: 12.700 euros

Visitez la galerie photo de la Triumph Bonneville Bobber

Réagir

Inscrivez-vous afin de laisser vos commentaires....