Le Maroc, sans escortes, ni réservations

Par 12 janvier 2017

Le temps est à l'hiver, à la neige et déjà nous avons envie de soleil et d'évasion !
Le Maroc, sans escortes, ni réservations. 4.000 kilomètres de bonheur sur les routes et les pistes d'un des plus beaux pays du Maghreb. C'est le mode d'emploi que l'on vous propose afin de déjà vous évader, ou de préparer vos prochaines vacances.

« Et si on tentait un peu d’aventures ? ». Ok, Mais pas trop quand même !
- « On a une vingtaine de jours de vacances, on a envie de changer d’air, de changer de culture et pourquoi pas de continent. »
- « Oh tu pousses un peu là ! »
- « Mais non, écoute j’ai une idée. Si nous allions au Maroc ! »
C'est une destination plutôt synonyme de détente et de week-end express à Marrakech, ou sur une plage d'Essaouira ou d'Agadir, mais le parcourir de long en large est l'assurance de découvrir un pays, une culture, une cuisine et un peuple qui connaît encore la signification du mot accueil.
- « Bon, on part avec un groupe, un tour-opérateur spécialisé moto…. Où, on tente le coup tout seul ? »
- « Nous n’avons besoin de personne, allons-y, sans escortes ni réservations ! »

Un minimum de préparation

Un minimum de préparation est évidemment nécessaire, mais rien de bien compliqué.
La machine tout d’abord. Inutile de détailler des préparations à la limite des rallyes-raids africains. Le réseau routier marocain est en général en bon état, et le goudron descend chaque année un peu plus vers le sud. Si vous disposez d'un trail, pas de soucis. C'est certainement un des engins idéaux pour ce genre de voyage. Néanmoins, et beaucoup l'on déjà réalisé, pratiquement tous les types de machines peuvent y circuler. Du custom à la sportive. Certes, si un peu de piste vous tente, évitez quand même la dernière bombe hypersport ou un énorme chopper…. Le bon sens est en général le meilleur conseiller….

Donc, votre machine et sa bagagerie en ordre, des pneumatiques frais, un entretien récent, quelques pièces, un peu d’huile et un minimum d'outillage suffiront à vous emmener… et revenir. Sans évidemment oublier les documents officiel : certificat de conformité (l'original !), certificat d'immatriculation et assurance. Si le certificat d'immatriculation n'est pas au nom du conducteur (une société ou une moto de location par exemple), il faut ABSOLUMENT une attestation du propriétaire autorisant le véhicule à sortir de son pays d’origine. Au niveau administratif, munissez-vous d'un passeport en ordre de validité 6 mois après votre retour.

A vous maintenant !

Vous le savez, en moto, le poids c'est l'ennemi. Difficile quand même de dire à votre compagne de prendre un pantalon, deux sets de linge de corps et deux t-shirt…. Pourtant, n'oubliez pas que toute la journée vous serez en tenue moto mettez un point d'honneur à rouler équipé !

Je vous raconte une petite anecdote. Je suis un jour sur une piste facile, mais un orage de la veille l'avait abîmé sur une trentaine de mètre. Je passe ce passage « trialisant ». Presque à l'arrêt, ma roue avant se plante dans une ornière et par manque de vitesse, la moto embarque à droite. Je la laisse tomber, et saute sur le côté. Je ne tombe même pas. Je relève la moto, termine ce passage et continue ma route. J'avais une curieuse impression de courant d'air dans le pied. Arrêt, vérification. Je m'aperçois que la semelle ma botte est décousue du talon à l'orteil…. Glups, je n'ose imaginer l’état de mon pied avec une petite chaussure en rencontrant ce caillou tranchant. Une petite gamelle sur le goudron peut se transformer en cauchemar si vous êtes en t-shirt. C'est encore plus vrai quand on est loin de chez soi et tributaire de services de secours « aléatoires ».

Maintenant pour les bagages, chacun fait comme il le sent. Soit on voyage léger et tous les deux jours on se fait un petite lessive en arrivant à l'hôtel, soit on prend de quoi se changer chaque jours au risque de transformer sa monture en « louvoyeur » automatique…. Une bonne astuce est de se procurer des sacs "à vide d'air" dans les magasins de sport. Vous diviser au moins par deux l'encombrement vêtements !

Dernière chose essentielle, les médicaments. Ceux naturellement qui vous sont indispensables. Mais aussi le duo traditionnel « imodium/Ercefuryl » pour contrer la « tourista ». Un antibiotique à large spectre, aspirine et une trousse avec pansement, désinfectant et bandages.

Le printemps est magnifique dans les régions du nord

Arrivé à Tanger, il est temps de changer sa mentalité…. Vous êtes en Afrique ! Bienvenue !
A la douane, point de précipitation, les choses se font à leur rythme mais ne prennent jamais bien longtemps. Sur la route, quand vous demandez à combien de kilomètres se trouve la prochaine ville, on vous répond : « à deux heures ! »…

A titre indicatif, voici par exemple un tour du maroc en une dizaine de jours et environ 3.500 km qui ne vous épuisera pas par des étapes marathon et qui vous laissera le temps de découvrir ce fabuleux pays :

Tanger – Fes
Fes – Middelt
Middelt – Merzouga
Merzouga – Gorge du Dadès (en passant par le Todra)
Gorge du dadès – Aït Benadou (Ouarzazate)
Aït Benadou – Tata
Tata – Marrakech
Marrakech – Meknes
Meknes – Chefchaouen
Chefchaouen – Tanger

Evidemment, tout cela peut se critiquer. Vous remarquerez que j'évite totalement la côte avec cette proposition. Pour l'avoir sillonné à plusieurs reprises, je trouve personnellement que seule la région d'Essaouira vaut la peine, le reste est plus industriel ou se compose de grande ville comme Casablanca ou Rabat.

Chefchaouen, la ville bleue

C’est parti ! - J1

La brume matinale et le soleil déjà présent renforcent encore l'appellation de cette ville. Nous arrivons par la mer sur « Tanger la blanche ».
Sortie du bateau, quelques minutes d'attente administratives, changer ses euros en Dirhams (+/- 1 € = 10,7 Dirhams) et quitter directement de cette belle ville.
Il y a moins de trente minutes que je roule et déjà les paysages me sautent à la face par leur beauté et leur grandeur. Prendre ses repères sur la route, s'habituer à ce nouveau décor, et respirer !
Il fait doux, lumineux et le ruban de bitume se déroule devant moi. Tétouan, Chefchaouen, les premiers contreforts du massif du Rif…
En ce début juin, l'ensemble de la nature est en fleur et explose de couleur. Du rouge, du rose, du mauve, du jaune…etc composent les vues en tableaux d'impressionnistes. C'est splendide !
Se restaurer est aussi un plaisir. Il y a des multitudes de restaurants dans toutes les bourgades traversées. En bord des routes, ces « snacks » offrent en général une nourriture délicieuse. Vous dégusterez des brochettes, des kebabs avec du pain chaud, des olives et le tout arrosé de thé à la menthe (le whisky berbère). De plus, ces endroits populaires vous mettront en contact avec une population qui n'hésitera pas à engager la conversation. Il y a déjà bien longtemps que vous ne pensez plus à votre quotidien…
Cette première journée nous voit arriver à Fès, une des cités impériales du Maroc. Grande métropole, où le moderne s'oppose à l’ancien. Où les célèbres et ancestrales tanneries contrastes aux grandes avenues modernes.

Les tanneries de Fes, un spectacle incroyable... L\'odeur aussi !

J 2

On se dirige vers Midelt, bourgade de moyenne importance située juste à côté du cirque de Jaffar. Cirque rocheux qui offre des paysages fabuleux et peu accessibles. Après être arrivé à l'hôtel et y avoir déjeuner, nous déchargeons la moto pour partir léger découvrir les beautés de Jaffar. Une boucle de 80 km de piste pas très difficile nous fait passer une après-midi extraordinaire !

Le cirque de Jaffar. 80 km de piste pour un spectacle de toute beauté

J 3

Toujours cap au sud. Nous traversons la très jolie vallée du Ziz et ses lacs artificiels qui la suivent pour arriver à Erfoud. Ville du grand sud, écrasée de soleil et baignant dans cette torpeur particulière caractérisant les endroits bordants le désert. Nous sommes aux portes de l'erg Chebbi. Non loin, les célèbres dunes de Merzouga connues pour leur beauté mais aussi pour leur hauteur qui les caractérisent : près de trois cent mètres. En passant par Rissani et son souk moyenâgeux, nous quittons maintenant le goudron pour rejoindre un hôtel au pied des dunes. Son nom : « Les dunes d'or », le plus ancien établissement de la région. Tenu par des berbères, son accueil, sa cuisine et sa piscine vous feront oublier tous vos soucis. Le coucher et le lever de soleil sur les dunes sont à ne pas rater, tout comme finir la soirée allongé sur la terrasse à contempler un ciel étoilé comme seul le désert peut vous l'offrir.

On quitte la route pour une piste qui mène à l'hôtel

Les "Dunes d'Or"... Un oasis de quiétude !

J 4

Aujourd'hui, nous allons remonter vers le nord récupérer un peu de fraîcheur. Place au grandiose. Après une légère liaison, nous découvrons les gorges du Todra. Près de trois cent mètres de haut et large d'une cinquantaine de mètres, ces gorges sont d'une beauté fabuleuse. Remontant sur une trentaine de kilomètres jusqu'au village de Tamtatouche, elles sont une des merveilles de ce pays. Nous enchaînons directement sur les gorges du Dadès, où les concrétions rocheuses monumentales impressionnent. Ensuite par une série de lacets serrés et abrupts, nous quittons littéralement le sol pour arriver sur le dessus de ces gorges. S'arrêter est indispensable. D'abord pour profiter du paysage et récupérer son souffle qui est coupé par tant de beauté. Superbe…. !

Les gorges du Todra, un des moments forts du voyage

Les lacets des gorges du Dades

J 5

Nous quittons les gorges du Dadès par une petite piste peu connue mais magnifique. Elle nous amène dans la montagne, à Tamaloute, d'où parte des expéditions pédestres de plusieurs jours. A faire si vous avez le temps. Ensuite, Ouarzazate et son industrie cinématographique et le petit village de Aït Benhadou où fût tourné, dans sa célèbre kasbah, « La passion du Christ » de Mel Gibson entre autre.

Aït Benadou et sa Kasbha, parfois aussi quelques visiteurs curieux !

J 6

Cap à l'ouest, et ensuite de nouveau plein sud. La petite ville de Foum Zguid terrassée par le soleil semble dormir. Sa petite place et « son arbre » apporte un peu d’ombre pour y déguster de délicieuses brochettes tout en profitant du calme de cet endroit. Toute cette région connaît le bitume depuis peu, aussi elle est très peu fréquentée. L'après-midi le plus chaud du voyage, 41° au thermomètre et un paysage de plaine aride clairsemé de ces innombrables épineux. Nous dormirons à Tata. Ville de garnison offrant somme toute, peu d’intérêt.

Les choc des montures !

En route pour le coucher de soleil !

J 7

Quittons cette fournaise et remontons vers le nord en traversant ce matin des paysages digne des meilleurs westerns. Nous allons regagner Marrakech par le col du Tizin’test qui culmine à 2100 mètres. Route vertigineuse où il faut être très vigilant, mais où les paysages sont une nouvelle fois au-delà du réel. L'arrivée sur Marrakech est sans histoire et grâce à la gentillesse des autorités locales, nous offrons un bain de foule à notre monture en allant dîner sur la place Djema El Fna. Nous nous régalons de la cuisine simple proposée sur place par des dizaines de petites échoppes, le tout dans une lumière couchante et sur une bande son d'appel à la prière… Délicieux !
Nous somme au milieu de notre périple et il y a déjà tellement de souvenirs, d'images enregistrées. Un jour de repos à Marrakech nous permet de souffler un peu, et de flâner dans le souk merveilleux de cette ville. De déguster une boisson sur une terrasse de la célèbre place en ne faisant rien d'autre que de regarder… C'est les vacances, non ?

La magie de la place Djema El fna à Marrakech. Chaques soirs, une explosion de vie et de senteurs

Les souks de Marrakech où il est facile de se perdre...

J 8

Nous quittons la cité et remontons doucement vers le nord, non sans oublier de découvrir les superbes cascades de Ouzoud. La route vers Meknes est magnifique en tous termes. Revêtement parfait qui me ravit et des paysages bucoliques. Meknes, cité impériale également, regorge elle aussi de choses à voir où à faire.

J 9

Au nord de Meknes, se trouve les plus jolies ruines romaines du pays.
Volubilis se visite à pied, et en ce printemps les cigognes nichées dans d'énormes nids nous accueillent par leurs clappements caractéristiques. La balade qui nous ramène vers Chefchaouen n'est pas très longue. Aussi en milieu d'après-midi nous sommes dans la ville bleue. Surnommée ainsi pour la couleur des maisons dans la vieille ville. Y flâner au soleil couchant est un régal pour les yeux, les couleurs y sont réellement magnifiques.

Volubilis et ses cigognes

J 10

Cap sur Tanger, à seulement une centaine de kilomètres, la ville blanche est vite reliée. Nous avons alors tout le temps de la découvrir avant de reprendre le bateau vers 15 h.

La boucle est bouclée. Environ 4.000 kilomètres sur 10 jours. Jamais nous ne sommes arrivé à une étape plus tard que 17 heures en partant vers 9h. Nous nous sommes arrêté très souvent pour prendre un thé, ou des photos. Avons pris le temps de déjeuner chaque jour au hasard de la route et avons un peu vécu comme des nomades. Avec les trajets de liaison, voici une escapade d'une quinzaine de jours qui vous laissera, je vous l'assure, des souvenirs pour toute une année et même bien plus.

Comment y aller :

1 Descendre jusque dans le sud de l'Espagne. Soit deux jours minimum d'autoroute qui ne sont en aucun cas des vacances. De là, prendre un des nombreux bateaux journaliers traversant entre soit Gibraltar ou Tarifa vers Tanger. Pour moi la plus mauvaise des solutions. Descente un peu abrutissante, mise à mal des pneus, prix total, fatigue.

2 Faire descendre par camion sa moto sur Malagua. Rejoindre cette destination par avion et commencer son périple là bas. Quelques sociétés proposent de s'occuper du transport de votre machine tout en sachant que les dates de livraison/réception sont impérativement le 1er ou le 15 de chaque mois. Bike to Beach.


3 Se rendre jusqu'à Sète, et de là prendre le bateau pour Tanger. Cette mini-croisière de deux nuits et un jour a le mérite de vous voir arriver et revenir bien reposé. Elle est finalement la formule la plus intéressante. A titre indicatif :
Traversées Sete-Tanger



Pensez toujours à coordonner votre séjour en fonction des dates de retour des bateaux !

Le petit truc :
Il est maintenant possible via internet de remplir à l'avance et de l'imprimer chez soi la demande d’entrée temporaire du véhicule à cette adresse :

Site officiel de dédouanement en ligne.

Vous voilà donc paré côté machine.


Le thé, le whisky berbère, boisson nationale !

Quand partir ?

Au niveau des dates, les périodes les plus fastes sont mai et juin (du 15 au 15) et septembre/octobre (pareil). Vous êtes alors complètement hors saisons, ce qui vous donne comme avantages d'avoir des routes moins chargées, des températures moins extrêmes (surtout dans le sud) mais surtout de pourvoir envisager votre périple sans réserver d'hôtels. De vous arrêter où bon vous semble, voire de modifier une étape, d'un sauter une, bref : comme vous voulez ! Ça, c'est vraiment incomparable ! Essayez vous verrez. De plus à ces périodes, les tarifs sont moins élevés….

Les tajines Kefta (petites boulettes de viandes hachées)... A ne pas rater !

Conseils de conduite :

Le Maroc est un pays dangereux par le comportement des ses usagers. Il ne faut pas en faire une phobie, il faut être prudent et attentif.
Le réseau routier marocain n'est pas vraiment prévu pour rouler vite. Route assez étroites, et une foule d'usagers très différents. Piétons, poules, vaches, ânes, dromadaires, charrettes, voitures et camions se partagent cet espace avec plus ou moins de bonheur. Vous là dedans, vous êtes en vacances, donc relax. Les marocains ont assez peu de considération par rapport aux usagers faibles, donc méfiez vous de tout ce qui est plus gros que vous. Arrêts inopinés devant vous, demi-tours surprenant, autant de manœuvres qui peuvent vous mettre en difficulté si vous rouler trop vite et sans distance de sécurité.
Ils font peu d'usage du rétroviseur, donc klaxonnez quand vous dépassez.
Sur les départementales, méfiez vous des virages à droite. Ne les prenez pas trop à la corde, car les voitures et les camions le font. Ce qui ramène sur la route tous les gravas…
Dès que vous êtes dans un village, ralentissez vraiment, les habitants traversent sans regarder, les enfants jouent et les animaux courent. Mais vous verrez, c'est tellement beau que vous ralentirez tout seul.
Au sujet des limitations de vitesses, sachez que l'usage du radar se généralise et que les policiers marocains ne rigolent pas si vous êtes « surpris ».
Sinon, en général, aux fréquents contrôles sur les routes ils vous font passer et vous saluent d'un grand signe de la main. On aimerait voir ça aussi chez nous…

Que faire, que voir, par où aller ?

Avant de partir, vous aller vous concocter un itinéraire « idéal ». Cela fait déjà partie des vacances. Un bon guide à la main vous aidera à ne rien louper et surtout à prévoir vos étapes.
Au niveau carte, la N° 959 de Michelin est à mon avis la plus polyvalente. Peu importe votre solution finale prenez là avec vous !
Certains puristes ou expérimentés, mais alors cet article les concernent peu, se feront un road book papier avec un système « boule/flèche » qu'ils monteront sur un dérouleur adéquat.
Mais nous somme à l'ère électronique, et il est aujourd'hui possible de prévoir un tel voyage avec un Gps. Pour les utilisateurs de MapSource, voici une adresse où il pourront trouver la cartographie du Maroc à télécharger sur leur machine. ( http://www.island-olaf.de/travel/marokko/gps.html).
Une dernière solution, est le Tripy qui lui aussi se chargera très bien de votre itinéraire.
Dans tous les cas, je vous conseille quand même de faire une petite fiche (à coller sur le réservoir) pour chaque jour où seront écrit en assez grand et lisible les principales villes ou villages traversés afin que d'un seul coup d’œil vous soyez sûr de votre direction.

Les événements actuels nos poussent de plus en plus à éviter ces régions. Pourtant, à ce niveau, le Maroc est un des pays les plus sûr du monde. N'hésitez pas à y poser vos roues. Le Maroc, rien que par la route, est un pur régal et une vraie bouffée d'oxygène dans nos vies de plus en plus lissées et régulées par des lois de moins en moins permissives.

Amusez-vous !

Texte & photos : Thierry Dricot

Réagir

Inscrivez-vous afin de laisser vos commentaires....