Thomas Grofils nouveau porte-parole KTM en Belgique : "KTM mérite le respect car c'est une marque qui ose"

Par Moto-News 28 février 2019

En recherche permanente de nouvelles victoires, KTM a déjà remporté le Dakar et l'Enduropale en ce début d'année. Quels sont les objectifs de la marque autrichienne sur notre marché national, quel est et sera le développement de ses nouveaux modèles et à quoi doit-on s'attendre avec Zarco en MotoGP. Rencontre avec Thomas Grofils, le nouveau porte-parole de KTM en Belgique.

La KTM 790 Adventure est vivement attendue

MotoJournal: Que représente actuellement le segment "route" pour une marque comme KTM ?
Thomas Grofils: Les modèles « route » ont pris le devant sur le segment tout terrain qui a vu naître KTM en Europe et dans le monde. Avec les Duke et toutes les naked bikes, les pneus à dessins se sont imposés aux pneus à tétines. Il faut bien admettre que faire de l'enduro en Belgique ou s'évader simplement sur nos chemins forestiers relèvent plus de l'infraction que du plaisir de conduire. D'où l'intérêt de proposer à notre clientèle des motos passe-partout qui font plus appel aux voyages telle l'arrivée des KTM 790 Adventure et Adventure R.

On peut s'attendre à ce que les KTM 790 Adventure et 790 Adventure R deviennent notre meilleure vente en 2019


Si cette dernière demande déjà quelques mois d'attente, on peut s'attendre que ce modèle, qui remplace la 990, représente notre meilleure vente en 2019. Ce segment des moyennes cylindrées a toujours pris beaucoup d'importance en termes de chiffres. A l'inverse des nouvelles 690 SMC-R et Enduro R qui sont plus spécifiquement des achats « passion » ou réservées aux pilotes enclins à rechercher la performance pure. Après une brève période d'arrêt en 2018, ces 690 reviennent avec 65% de pièces neuves dont une culasse et des pistons supers légers, le quickshifter + et des assistances électroniques en nombre afin de rassurer son pilote.

KTM SX-E5 mini motocross électrique

MotoJournal: KTM développe également une gamme de motos électriques ?
Thomas Grofils: KTM croit en ce genre de motorisation mais nous restons dépendants de l'évolution des batteries dont l'élaboration et la fabrication incombent à des sociétés indépendantes. Nous réagirons avec rapidité sur nos lignes de production selon l'avancée de ces recherches dont le contrôle nous échappe. Il ne fait aucun doute que le segment enduro a de l'avenir avec de telles machines. Au même titre que le trial dont les temps de roulage sont tout à fait adaptés aux recharges permanentes.

La SX-E5 que l'on peut résolument considérer comme une moto évolutive sera équipée de la meilleure batterie sur le marché.


L'arrivée en automne de la petite et modulable SX-E5 que l'on peut résolument considérer comme une moto évolutive sera équipée de la meilleure batterie sur le marché dont le temps de roulage sera de 40 minutes à une heure. Ce qui pour un enfant entre 3 et 10 ans est déjà amplement suffisant. En plus de sa motorisation électrique, l'autre intérêt de cette moto réside dans les changements que l'on peut lui apporter tant au niveau des réglages de la partie-cycle que de la hauteur de selle. Cette SX-E5 suivra la croissance des enfants et s'adaptera ainsi à son niveau de pilotage sans devoir changer constamment de moto.

Le 2 temps a toujours la cote

MotoJournal: Et le 2 temps ?
Thomas Grofils: Ce genre de motorisation fait partie du patrimoine des "oranges". Les récentes TPi 250cc et 300cc démontrent bien la volonté de KTM de poursuivre l'évolution de certains modèles principalement en enduro même si de la 50 SX à la 250 SX, les crossmen restent séduits par ce type de moteur. KTM n'a pas l'intention de stopper la production de ses 2 temps. Les dernières évolutions ont prouvé que l'on pouvait à présent associer du couple, de la reprise à un poids super léger. Ces motos possèdent à présent des qualités que bon nombre d'utilisateurs apprécient.

Johann Zarco relève le défi pour KTM en MotoGP

MotoJournal: KTM s'investit énormément dans le MotoGP en alignant cette année deux équipes et un pilote de premier plan avec Johann Zarco. L'usine met vraiment les bouchées doubles ?
Thomas Grofils: Oui c'est le nouveau défi relevé par KTM, sa participation aux courses de vitesse sur circuit prouve à quel point KTM croit en ses possibilités et au développement de ses moteurs et parties-cycles. KTM est le seul à croire en ses châssis tubulaires là où tous les autres assemblent autour d'un cadre périmétrique. Si le podium reste encore inaccessible pour nous, pour l'instant, les résultats montrent cependant que l'on n'est pas à proprement largué en matière de chronos. La venue de Johann Zarco va nous apporter un maximum de visibilité en Europe. Son pilotage est millimétré et ses impressions s'avèrent pertinentes, il pourrait devenir un metteur au point de premier plan.

Des performances toujours à la hauteur

MotoJournal: KTM a réussi son retour depuis quelques années ?
Thomas Grofils: KTM mérite le respect car c'est une marque qui ose. Que l'on apprécie ou non ses lignes taillées à la serpe ou son design résolument hors normes, KTM a réussi en quelques années à générer un nouveau style et une autre image de la moto. Au même titre qu'Harley Davidson et que Ducati, rouler KTM signifie rouler différent. Avec des performances toujours à la hauteur et ce quel que soit le modèle, 1290 Super Adventure ou Super Duke GT voire RC 390 ou 500 EXC.

Réagir

Inscrivez-vous afin de laisser vos commentaires....